Le non-être

Le non-être, expression difficile à comprendre.

En fait, non être ne signifie pas disparaître dans le néant.

Non-être signifie ne plus être une chose, ne plus être un objet. Ne plus être un corps.

Le corps fait partie du monde matériel, le monde terrestre.

C’est le monde de la souffrance, du gain et de la perte, du bien et du mal.

A mesure qu’on se développe spirituellement, on s’élève peu à peu au-dessus de cette dualité.

On commence à avoir une vue plus unifiée, plus détachée de toutes les choses.

On passe progressivement dans le monde spirituel,

Celui où on n’a pas de corps, et donc pas d’attaches.

Au-delà du bien et du mal, des excès et des vides, des gains et des pertes.

Evidemment, cela n’est pas possible à 100 p. 100 tant que nous sommes ici-bas. Ici, tout ce que nous vivons nous touche directement.

C’est plutôt ce qui se réalise au complet lorsque nous avons évolué et que nous quittons le corps.

C’est sans doute aussi ce que les Bouddhistes appellent l’état de Bouddha, au-delà du Samsara.

Etre dans le non-être signifie être devenu un être spirituel non incarné, invisible, comme les anges et les saints du paradis et tous les sages réalisés qui nous aident.

C’est pas des blagues, il y a plein de créatures spirituelles invisibles autour de nous.

Si nous réussissons bien notre évolution, nous pourrons encore venir nous balader discrètement dans ce bas monde sans même nous ré incarner.

Le non-être ne signifie pas le néant, car l’être spirituel subsiste.

C’est un état de bonheur auquel on peut s’entraîner dès maintenant.

— Ah oui ?? Alors dites-moi donc qu’est-ce que c’est qui subsiste quand on est décédé, moisi et décomposé, ou bien réduit en poudre dans une urne funéraire ??

— Ce qui disparaît, c’est la conscience individuelle, c’est-à-dire la conscience du corps, c’est-à-dire la conscience sensitive, ou sensible = attachée aux sens. C’est ce qui forme la notion d’ego ou soi individuel. Pas la peine de trop lutter pour vous en défaire, l’ego restera au fond de votre tombeau. C’est comme le fric, on ne l’emporte pas avec soi.

—Ah bon, et alors, qu’est-ce que c’est qui subsiste ??

— Ce qui subsiste, c’est la conscience supérieure, qui ne nous appartient pas, mais à laquelle nous appartenons. Cette conscience supérieure, c’est l’Esprit. Une conscience qui est déjà en nous en un état peu développé. La conscience qui saisit tout en essence, sans rien séparer en morceaux. Par exemple si vous contemplez une touffe d’herbe, vous êtes la touffe d’herbe, vous êtes la même essence, il n’y a pas de différence entre elle et vous. Cette conscience saisit par identification. Vous êtes dans l’état d’unité, vous êtes le tout.

Comme disait Deepak Chopra à propos de la conscience cosmique :

« Quand cette expérience impressionnante se produira, elle te paraîtra aussi simple et naturelle que d’être assis ici, sous les étoiles, mais tu deviendra alors chacune des étoiles qui dansent dans le ciel. »

☯︎

 

Le secret de l’univers

 

Tous les humains s’efforcent de comprendre leur univers, et presque tous ont l’impression que c’est trop difficile.

Quand ils pensent ne pas y parvenir, ils ont quand même largement compris leur univers, car ils portent en eux la réponse.

Pourquoi est-ce que comprendre l’univers dépend d’un “secret” mystérieux ?

Tout simplement parce que la nature de l’univers est invisible, inaudible, impalpable.

Mais qu’est-ce que c’est donc ?

C’est quelque chose qu’un nombre incalculable d’humains ont compris depuis les premiers temps de la conscience.

Le secret de l’univers, son origine et son essence, c’est une énergie, une et sans limites.

Alors qu’elle est insaisissable par des mots, cette énergie contient toutes les potentialités, elle contient en l’état abscons tout ce qui peut exister.

Au cours des siècles, à force de perception intuitive dans la contemplation, les sages sont parvenus à reconnaître son fonctionnement.

Les découvertes ont donc été faites en utilisant l’ensemble des facultés mentales (la perception intuitive, unitive, directe, dans la méditation) car cette connaissance dépasse la simple compréhension objective, qui est trop limitée et dissociative, qui nous sépare de ce que l’on veut comprendre.

Alors, qu’en est-il du résultat ?

C’est fort simple:

Toutes choses dans l’univers se développent à partir de l’énergie primordiale, cette essence fondamentale.

Il se forme en premier la sphère du non manifesté, un domaine dans lequel rien n’est discernable, rien n’est perceptible. C’est le tout, en l’état d’unité indivise. Tout y est, de manière indéfinissable.

Ce n’est donc pas très différent de l’énergie primordiale, mais c’est une première évolution que l’on nomme le Ciel antérieur.

Cette sphère de réalité non manifestée, que l’on nomme aussi l’univers incréé (non encore créé en un l’état perceptible pour nous) va donner naissance au monde manifesté que nous connaissons.

La sphère du manifesté, issue de la précédente, voit apparaître trois dimensions : l’esprit, la matière et la vie.

Cela se passe comme développement continu de la première énergie qui est la “substance insubstantielle” de toute chose.

On a donc l’énergie qui se manifeste sous forme d’esprit, l’énergie qui se manifeste sous forme de matière, et l’énergie qui se manifeste sous forme de vie.

La même énergie première se diversifie en plusieurs niveaux et en des formes multiples d’êtres et d’objets qui prennent alors une réalité individuelle.

Ce qui est énergie légère et pure (hautes fréquences vibratoires) se transforme en esprits.

Ce qui est énergie lourde et grossière (bas niveau de vibrations) se transforme en matière dans toutes ses apparences.

Il ne s’agit pas là d’élucubrations spéculatives, mais de connaissances certaines et sereines que la science commence à justifier lorsqu’elle y parvient quelque peu. (Physique quantique.)

Beaucoup plus important pour nous que les avancées scientifiques, c’est l’usage pratique que nous pouvons faire de l’expérimentation de l’énergie.

Comme l’énergie, que l’on nomme le Chi (prononcé tchi) sous-tend toute réalité, elle nous conduit à comprendre le monde, à comprendre ce que nous sommes, à comprendre ce qu’est notre destinée et comment la réaliser au mieux.

Comprendre l’énergie, c’est voir s’ouvrir la porte de la spiritualité véritable, c’est voir s’ouvrir le chemin à suivre.

L’énergie est notre propre être. Plus nous sommes avancés spirituellement, plus nous pouvons saisir cette réalité en son aspect subtil, subtil comme notre âme, subtil comme le “souffle” invisible qui nous entoure et porte notre vie.

☯︎