Le secret de l’univers

 

Tous les humains s’efforcent de comprendre leur univers, et presque tous ont l’impression que c’est trop difficile.

Quand ils pensent ne pas y parvenir, ils ont quand même largement compris leur univers, car ils portent en eux la réponse.

Pourquoi est-ce que comprendre l’univers dépend d’un “secret” mystérieux ?

Tout simplement parce que la nature de l’univers est invisible, inaudible, impalpable.

Mais qu’est-ce que c’est donc ?

C’est quelque chose qu’un nombre incalculable d’humains ont compris depuis les premiers temps de la conscience.

Le secret de l’univers, son origine et son essence, c’est une énergie, une et sans limites.

Alors qu’elle est insaisissable par des mots, cette énergie contient toutes les potentialités, elle contient en l’état abscons tout ce qui peut exister.

Au cours des siècles, à force de perception intuitive dans la contemplation, les sages sont parvenus à reconnaître son fonctionnement.

Les découvertes ont donc été faites en utilisant l’ensemble des facultés mentales (la perception intuitive, unitive, directe, dans la méditation) car cette connaissance dépasse la simple compréhension objective, qui est trop limitée et dissociative, qui nous sépare de ce que l’on veut comprendre.

Alors, qu’en est-il du résultat ?

C’est fort simple:

Toutes choses dans l’univers se développent à partir de l’énergie primordiale, cette essence fondamentale.

Il se forme en premier la sphère du non manifesté, un domaine dans lequel rien n’est discernable, rien n’est perceptible. C’est le tout, en l’état d’unité indivise. Tout y est, de manière indéfinissable.

Ce n’est donc pas très différent de l’énergie primordiale, mais c’est une première évolution que l’on nomme le Ciel antérieur.

Cette sphère de réalité non manifestée, que l’on nomme aussi l’univers incréé (non encore créé en un l’état perceptible pour nous) va donner naissance au monde manifesté que nous connaissons.

La sphère du manifesté, issue de la précédente, voit apparaître trois dimensions : l’esprit, la matière et la vie.

Cela se passe comme développement continu de la première énergie qui est la “substance insubstantielle” de toute chose.

On a donc l’énergie qui se manifeste sous forme d’esprit, l’énergie qui se manifeste sous forme de matière, et l’énergie qui se manifeste sous forme de vie.

La même énergie première se diversifie en plusieurs niveaux et en des formes multiples d’êtres et d’objets qui prennent alors une réalité individuelle.

Ce qui est énergie légère et pure (hautes fréquences vibratoires) se transforme en esprits.

Ce qui est énergie lourde et grossière (bas niveau de vibrations) se transforme en matière dans toutes ses apparences.

Il ne s’agit pas là d’élucubrations spéculatives, mais de connaissances certaines et sereines que la science commence à justifier lorsqu’elle y parvient quelque peu. (Physique quantique.)

Beaucoup plus important pour nous que les avancées scientifiques, c’est l’usage pratique que nous pouvons faire de l’expérimentation de l’énergie.

Comme l’énergie, que l’on nomme le Chi (prononcé tchi) sous-tend toute réalité, elle nous conduit à comprendre le monde, à comprendre ce que nous sommes, à comprendre ce qu’est notre destinée et comment la réaliser au mieux.

Comprendre l’énergie, c’est voir s’ouvrir la porte de la spiritualité véritable, c’est voir s’ouvrir le chemin à suivre.

L’énergie est notre propre être. Plus nous sommes avancés spirituellement, plus nous pouvons saisir cette réalité en son aspect subtil, subtil comme notre âme, subtil comme le “souffle” invisible qui nous entoure et porte notre vie.

☯︎

 

 

Un remède universel

 

  Cet article reprend ce qui est dit dans un commentaire, c’est pour lui donner plus de visibilité.

la question était :

Il semblerait que pour vous, la méditation devienne la solution à  tous les problèmes du monde.
C’est bien peu réaliste. Combien de gens se soucient de la méditation ??? Et comment imaginer que cela pourrait changer les choses? 
A mon avis, une conception extrêmement naïve, ne croyez-vous pas ?

La réponse était :

Détrompez-vous, je crois vraiment que la méditation peut changer le monde, mais il ne s’agit pas de nous transformer tous en lamas tibétains.

je ferais les remarques suivantes :

  1. pourquoi ça change tout.

Comme je l’ai développé dans « La voie de l’humanité livre 2 », nous croyons voir et comprendre suffisamment, mais en réalité, nous ne comprenons que peu de choses, car nous sommes trop ancrés dans la logique cartésienne. De ce fait nous n’utilisons qu’une partie de notre cerveau, il nous manque une vision plus vaste, unitive, globale, holistique.

La méditation apporte cette vision car elle nous met au contact de notre être profond, et donc ravive en nous les valeurs profondes : le bien, le bon, le beau, le juste, le sacré… tout ce qui manque dans notre monde égoïste et matérialiste. Cela n’est pas une privation, c’est un enrichissement personnel.

Si un nombre croissant de personnes vivent ces valeurs, le monde change dès qu’un seuil critique est atteint.

Un tel phénomène s’est déjà produit récemment sous nos yeux, à propos des valeurs écologiques qui sont acceptées partout.

De la même façon, l’ouverture de la conscience collective à la spiritualité véritable doit nécessairement se produire. Le changement est déjà en route, et il est inévitable, heureusement.

Sans l’élargissement de la conscience que la méditation apporte, les tentatives d’amélioration se feront très lentement, partiellement, en progressant d’essais en erreurs, toujours obstruées par des vues limitées et des querelles d’egos encombrants.

Au contraire, en cessant de privilégier la logique objective et en ouvrant l’esprit plus largement aux autres valeurs, des centaines de solutions nouvelles peuvent surgir spontanément.

  1. ce n’est pas une pratique marginale.

La méditation est un recentrage, une remise au point de notre fonctionnement interne. C’est un processus naturel qui se produit chaque fois que nous prenons un moment de repos sans penser à rien.

Cela est différent des pratiques religieuses qui l’utilisent pour des buts spécifiques.

Les animaux savent le faire, parait-il. La méditation joue le même rôle qu’une bonne nuit de sommeil, mais elle nous mène un peu plus loin dans notre progression, ce que le repos nocturne ne fait pas.

C’est un pas de plus qu’il est essentiel que nous fassions si nous avons à cœur notre bien-être et celui du monde.

Notre seule compréhension objective ne suffira pas à nous changer sans rajouter un apport mystique qui fait partie de notre nature vraie et de notre fonctionnement naturel.

Prenez simplement des moments de repos sans penser à rien, même pas à vous ni à ce que vous êtes en train de faire, en vous libérant de toutes vos préoccupations (toutes), concentrez-vous seulement sur une respiration abdominale pour refaire le plein d’énergie, et c’est tout. Au bout de quelque temps, vous aurez bien changé.

  1. est-ce irréalisable ? quels moyens?

Il serait facile de généraliser la pratique si on voulait bien. Il suffirait de l’enseigner à l’école.

C’est une incroyable carence dans notre éducation.

Pourquoi forme-t-on les élèves au savoir intellectuel et à l’éducation physique sans y ajouter l’éducation psychique ou émotionnelle qui se situe entre les deux autres disciplines et qui est aussi importante?

Il ne s’agit pas d’instaurer une spiritualité de secte, mais bien l’éducation à la santé psychique naturelle qui est indispensable.

Savoir faire le vide pour régénérer son énergie interne, savoir équilibrer ses émotions et tenir à leur place les colères, les peurs, les soucis, les ambitions, toutes les émotions excessives, etc.

Se libérer des souffrance, des blocages et des stress, savoir conserver un climat mental calme et équilibré qui est aussi la source de la santé physique.

Savoir vivre dans la joie et la paix internes. On peut par ex. utiliser ce qui se fait en sophrologie, et qui est dérivé des techniques de Qigong.

Instituer cela dans les écoles au même titre que les cours d’éducation sportive, bien évidemment le monde en serait vite transformé.

La méditation ne nous met pas à l’isolement, au contraire, elle nous relie subtilement à tout ce qui nous entoure. Elle comporte donc une dimension sociale, car elle nous met en harmonie avec les autres. Cette vie harmonieuse peut se développer dans la famille, dans la communauté, dans toute la société.

Ce sera bien beau quand nous serons prêts pour cela.

Tant que ce n’est pas enseigné à l’école, au moins comme forme de relaxation, les parents feraient bien de donner l’exemple et de l’enseigner à la maison. C’est l’un des plus beaux cadeaux, ou le meilleur héritage qu’ils peuvent transmettre à leurs rejetons.

 

☯︎